La fine del l'Ordre du Temple - Sapienza misterica

SAPIENZA MISTERICA
Sapienza Misterica
Vai ai contenuti
La fin de la légende de l'Ordre du Temple a été accomplie sur le bûcher en 1314 où Philippe le Bel, a brûlé le dernier Grand Maître Jacques de Molay. Philippe le Bel et les siens, ne trouvant pas l'or des Templiers, a présenté un compte somptueux pour les frais d'entretien pendant l'emprisonnement des chevaliers. Les Chevaliers de Malte, qui, selon la bulle du pape, devaient recevoir les richesses des Templiers, devaient à la couronne environ un million de livres tournois. La somme, probablement, a dépassé la valeur des biens que l'Ordre de Saint-Jean avait réussi à réellement hériter. Les propriétés de l'Ordre du Temple étaient déjà dans les mains du roi ou de ses vassaux, et n’ont pas été rendus. On peut supposer que les paroles de saint Antoine sont vraies: "Les Hospitalières, avec le don de biens des Templiers, au lieu de s’enrichir se sont appauvris". Le 13 Mars 1311 [1], pour ne pas courir le risque de nouveaux acquittements de la part de conseils périphériques non directement contrôlés par Philippe le Bel, le pape décide d'utiliser la torture contre les Templiers. A partir de ce moment, il ne pouvait plus y avoir de doutes sur les véritables intentions du pape, et depuis lors, il devient l'antéchrist pour la Divine Comédie de Dante qui le place en enfer.

La place que Dante donne aux Templiers dans la Divine Comédie montre quelle importance avait l’Ordre dans la vie politique de son temps. Dante, qui a violemment attaqué les franciscains, les dominicains et en général les papes, l'Église et le clergé, n'a pas un seul mot contre les Templiers, au contraire, il a pris ouvertement leur défense. Les Templiers, Philippe le Bel et Clément V constituent la partie la plus importante dans l’allégorie politique de la Comédie.[2]. L'attaque de Dante contre les Franciscains se comprend vu que l'inquisition médiévale (XIIe au XVIe siècle) a été confiée aux Dominicains en 1235 et aux Franciscains en 1246. Le travail de Saint François et frère Elias avait été dénaturé et caché. Les Dominicains et les Franciscains ont profité de leur pouvoir inquisitorial pour enrichir leurs ordres.

Ce n’est pas un hasard si Dante place San Bernardo comme son guide, qui au trentième chant prend la place de Béatrice. C’est San Bernardo qui mène Dante à Dieu, ce qui signifie qu'il est plus important que Béatrice. Le doute que Dante était un Templier, ou écrire que saint Bernard avait été choisi parce qu'il était «très dévoué à la Vierge" est enfantin. Le rapport avec les Templiers est ensuite indirectement confirmé par le jugement que Dante donne de Clément V, défini dans l'enfer un «berger de non-droit», et, dans le purgatoire, une «putain sans vergogne" en tout Clément V a été nominé six fois.

Clément en Enfer est destiné à aller prendre la place de Bonifacio, et donc à brûler la tête vers le bas: «  et fera celui de Alagna être plus juste ». Dante est moins en colère contre le pape comme simoniaque et corrompu, qualités bien répandues dans l'église à l'époque, mais comme un ennemi de l'Ordre et partisan de son abolition. Béatrice, qui représente la sagesse spirituelle, le condamne parce que «préfet du forum sacré», et donc juge du tribunal contre les Templiers. Dante fait allusion ainsi à un soupçon sur Bertrand de Got, le futur Clément V, qui aurait rencontré dans la forêt de Saint Jean d'Angeli Philippe le Bel, qui, en échange de son soutien à l'élection à la papauté aurait demandé, entre autre, la destruction de l'Ordre du Temple.

On raconte que sur le bûcher le Grand Maître Molay a maudit le pape et le roi de France. Le pape Clément V mourut seulement quatre semaines après le Grand Maître: un chandelier est tombé sur le catafalque et l’a incendié. Cela a suscité une grande impression sur les gens, qui l'ont vu comme une punition de Dieu. Même le roi Philippe le Bel suivit bientôt. Il est mort en automne de cette même année. Nogaret, conseiller intelligent et intendant du roi, par contre, est mort peu de temps avant la condamnation du Grand Maître. L'évêque de Sens Philippe de Marigny (frère de l'un des ministres du roi), qui a brûlé cinquante-quatre Templiers n’a pas échappé à ce funeste destin. Mgr Philippe de Marigny dut assister, impuissant, à la pendaison de son frère Enguerrand (qui avait pris la place de Nogaret), pour des accusations de sorcellerie.

L'écrivain français Jean Robin, se basant sur la recherche de George Cagger, écrit: «L'Ordre du Temple se composait de sept cercles extérieurs, pour les mystères mineurs et trois cercles intérieurs dédiés aux grands mystères. Le noyau était composé de soixante-dix Templiers ". Il n'a pas été difficile de garder secret le groupe interne parce que les Templiers ont été organisés dans une hiérarchie basée sur l'initiation et le secret. Par conséquent, il est acceptable qu'un templier des troupes ne savait pas ce que faisaient ses supérieurs et avait des croyances différentes. Il est compréhensible que beaucoup de chrétiens professant étaient véritablement romain, comme ils le soutenaient, tandis que le groupe central formé par les trois cercles d'initiés de divers ordres pratiquait les mystères gnostiques qui ont découlé de découvertes faites à Jérusalem et d’anciens enseignements.

Deux scellés des Templiers montrent la composante mystérieuse d'intérêt des cercles internes. "Segretum Temples" est gravé avec la figure de Abraxas, puis en prenant le nom, ou comme une alternative à celui de "Gemma gnostique". Historiquement il remonte au précepteur de France André de Coloors, en 1215 environ. Il se compose d'un personnage hybride avec la tête de coq et les jambes de serpent formant un ω oméga, armé d'un fouet et d’un bouclier. Autour de lui, il y a sept étoiles, et les trois lettres I, A, O, le nom gnostique du Dieu des mystères, celui qui demeure au-dessus des sept cieux représentés par sept étoiles. Nous retrouvons le dieu gnostique de Basilide également sur les joints appartenus à Louis VII, chez Marguerite de Flandre, avec la phrase gravée Secrets Sigillum, chez les évêques de Canterbury et de Chichester, et d'autres prélats "Sigill 'Temples Domine De ..." c’ est un joint anglais, qui diffère des autres parce que il est inséré dans une amande, à l'intérieur duquel il y a un carré (4), la forme, surmontée d'un triangle (3), l'esprit, dont la valeur est mystérique Sept. C’ est un symbole ésotérique et pythagoricien.
Le cercle intérieur existait pour les sujets de recherche liés au mystère, et fait usage de tous les moyens possibles afin de protéger leur savoir secret. Le savant Hugh Schonfield a montré que les Templiers ont utilisé le code chiffré connu sous le nom de code Atbash utilisé par certains auteurs des manuscrits de la mer Morte au moins un millier d'années avant la fondation de l'Ordre du Temple. Les Templiers étaient aptes à préserver leurs secrets.

Que la philosophie de l'ancienne doctrine secrète des Templiers ait été bien peu comprise est illustré par les persécutions atroces contre les Templiers par l'Église et par la poursuite engagée contre eux parce que accusés d’adorer  le diable sous la forme de la chèvre Baphomet. Les Templiers ont été accusés de l’ infraction la plus "abominable", qui est celle d'appliquer le "saint baiser" à la racine de la queue de Baphomet. Bien que la plupart des accusations portées contre eux sur ordre de Philippe IV étaient tristement célèbres et fausses, la principale, celle qui, du point de vue de l'Église, est considéré comme une hérésie, était certainement vraie. En adhérant strictement à la Bible, les Templiers  d'aujourd'hui ne peuvent guère prétendre de résulter de ceux qui ne croyaient pas en Christ comme l'Homme-Dieu et comme Sauveur du monde, qui n' acceptaient pas le miracle de sa naissance, qui ne croyaient pas à la transsubstantiation, aux saints, aux reliques, au purgatoire et ainsi de suite. Ils considéraient Jean-Baptiste comme leur patron, mais ils ne le voyaient pas dans la lumière dans laquelle il est présenté dans la Bible. Liés au vœu d'obéissance, de pauvreté et de chasteté, ils furent d'abord les vrais chevaliers de Jean-Baptiste, qui «criaient dans le désert» et vivaient de miel sauvage et sauterelles. Ils pratiquaient les doctrines de l'alchimie, l'astrologie, ils utilisaient des talismans cabalistiques.

C’est une erreur de dire que l'Ordre est devenu seulement plus tard anti-catholique. Il l’était dès le commencement, et la croix rouge sur un manteau blanc, celui de l'Ordre, a le même sens que pour les initiés de tous les autres pays. elle soulignait les quatre points cardinaux et était l'emblème de l'univers. Quand, plus tard, la confrérie a été transformée en Loge, les Templiers ont dû, pour éviter la persécution, célébrer leurs cérémonies en grand secret, le plus souvent dans la salle du chapitre et souvent dans des grottes isolées ou maisons de campagne construites dans les forêts, alors que les formes de culte de l'église étaient pratiquées publiquement dans les chapelles de l'Ordre.

L'accusation d'hérésie n’a pas été, en fait, la seule raison de la fin de l'ordre des Templiers. Leurs objectifs secrets étaient la liberté de la pensée scientifique et religieuse avec la restauration d'une religion unique et universelle. En outre, les Templiers avaient créé un véritable État supranational, qui menaçait les seigneurs et les dirigeants, un nouvel ordre économique en Europe, mais leur projet audacieux a été arrêté par Philippe le Bel et l'Église catholique. En ce sens, les historiens qui prétendent que le pouvoir des Templiers était effrayant, ont raison, parce qu'ils étaient devenus presque plus puissants que beaucoup de dirigeants d’autrefois.
Pour masquer l'hérésie qui dura deux siècles au cœur de l'Église catholique et démontrer que les Templiers n’étaient pas hérétiques, il était nécessaire de démontrer que les allégations étaient fausses et que la mort des Templiers était seulement due à la cupidité de Philippe le Bel qui plia à sa volonté la papauté. On a publié en 1751 à Bruxelles, une œuvre anonyme sur le procès des Templiers qui essayait de prouver l'absence de fondement des accusations d'hérésie extorquées par l'Inquisition de Philippe le Bel aux Templiers. Malgré que les fortes puissances laïques et religieuses, l'Ordre dominicain et l'Ordre des Chevaliers de Rhodes maintenant de Malte, qui se sont appropriés des avoirs des Templiers à travers l'Europe, aient essayé au cours des siècles de  détruire le souvenir, beaucoup de murs restent aujourd'hui encore pour témoigner  la polyvalence et la grandeur de l'Ordre du Temple. Et qui peut oublier la fureur iconoclaste du pape Jean XXII invitant avec des bulles et des incitations "à détruire les licences croix, les fresques,  les sceaux et les symboles des Templiers de partout pour en éteindre pour toujours la mémoire."
Avec la mort du dernier Maître, la transmission de l'initiation Johannite s’interrompt, les trois cercles intérieurs sont entrés dans la clandestinité et se sont déplacés à travers l'Europe et dans l'Est. Les Templiers appartenant à des degrés inférieurs de l'ordre, ont échappé aux soldats du roi Français en se réfugiant au Portugal et on dit également en Ecosse. Dépourvu d'un Grand Maître reconnu les Chevaliers du Temple ne pouvaient pas perpétuer l'ordre dans le temps. En frappant à mort les Templiers, le roi de France voulait saisir leurs richesses, ce qui n'a pas eu lieu, le trésor et la flotte des navires des Templiers ont disparu, d’un point de vue financier l'action a été un échec complet. Avec cette prémisse, on peut supposer que quels que soient les mystères secrets des Templiers, ils ne sont pas tombés dans les mains des inquisiteurs et un petit groupe d'initiés est dû se cacher. L'Ordre du Temple disparu, les Rosicruciens apparurent en tant que gardiens du mystère de l'enseignement.

Un proverbe persan dit: «Plus le ciel est sombre, plus brillantes sont les étoiles ". Ainsi, dans le firmament sombre de l'âge médiéval, commencèrent à apparaître les mystérieux Frères des Rosicruciens. Ils ne formèrent pas d’associations, ils ne créèrent pas de collèges; parce qu’ ils étaient persécutés de tous côtés comme des animaux sauvages, et quand ils étaient pris par l'église chrétienne, étaient définitivement brûlé. [3]

Les Rosicruciens naissent probablement vers 1200. Certains font remonter la fondation à Raymond IV comte de Toulouse (1042-1105), l'un des leaders de la première croisade. Il existe un lien intense entre Rosicruciens et Templiers. Il est difficile de dire si ce sont deux organisations totalement différentes qui ont ensuite uni leurs connaissances dans les siècles suivants, ou s’il existait déjà en 1200 des éléments communs. Louis Charpentier écrit dans le Mystère de Compostelle: "Maintenant, quand les grands Rosicruciens opératifs du gothique sont apparus, ils ont construit les larges rosaces lumineuses exactement au lieu du chrême [4], du chrême à la rosace, le  pas est bref ". Il existe un lien intense entre rosicruciens et Templiers. Le labyrinthe sur le plancher de la nef de la cathédrale de Chartres témoigne de l'union occulte des deux ordres. Dans le cercle du labyrinthe on remarque une croix à bras égaux formés par les barrages dans les anneaux. Les quatre bras de la croix représentent les quatre points cardinaux comme le carré est l'enceinte des murs de la ville. Le labyrinthe circulaire, le chemin initiatique, est ainsi divisé en quatre parties par une croix invisible. Le labyrinthe en son centre a 6 lobes qui se forment avec la direction d'arrivée, une fleur avec sa tige, qui ressemble à une rose sauvage avec six pétales. La Divine Comédie de Dante représente le Christ qui vit avec la grande Rosa au centre du Paradis. En comptant de l'extérieur, on entre dans le cinquième anneau, le numéro de l’homme, et on atteint le centre sortant de la septième. Sept est le numéro du Mystère. L'équipe est composée de Six pétales en comptant le centre du numéro 6 + 1 = 7 est formé!
Dante appartenait à une organisation secrète, celle de la Fedeli d'Amore, directement dérivée des Templiers et Rosicruciens. Les bienheureux au paradis sont disposés sous la forme de Candida Rosa. Et les derniers chants du Paradis sont tous concentrés sur la description de la Rose et de Dieu. Tout le poème de Dante est un voyage pour se rendre à la rose blanche et la connaissance de Dieu et les derniers chants du Paradis sont entièrement dédiés à la description de la Rose blanche. Les deux organisations sont nées d'une racine commune, celle des Mystères Majeurs. Il est difficile de dire si, au début, les deux ordres de mystère se sont séparés des objectifs déjà en 1200, puis se sont réunis en secret après la suppression des Templiers. Cependant, il est certain que, quand Jacques de Molay a été brûlé sur le bûcher, Dante était à Paris et a probablement été affecté par l'événement ensuite instillé dans sa Divine Comédie. Et il est tout aussi certain est que les connaissances des Templiers et celles des Rosicruciens ont de nombreux points de contact.

Michael Maier (1568-1622), médecin et diffuseur en Angleterre de R + C, a déclaré que la Fraternité Rosicrucienne a été formée en Allemagne, à travers le travail du légendaire Christian Rosenkreutz. Peu avant, en 1614 les Rosicruciens ont émergé de l'obscurité en publiant leur manifeste "Fame Fraternitatis". Le groupe avait pour sceller un cercle contenant une croix. Umberto Eco, écrivant une préface à un livre récent "Histoire des Rosicruciens» de Paul Arnold, dit que on ne sait pas si les Rosicruciens existent réellement ou si c’est une légende. Aussi parce que - ajoute le chercheur - les Rosicruciens ne se manifestent jamais à l'extérieur; un vrai Rosicrucien ne dirait jamais qu'il est un rosicrucien. Umberto Eco se fait également photographier avec une rose rouge à la main dans le livre "les 100 livres que vous avez sans doute lus avant de mourir»; et même à d'autres occasions il a toujours cette rose dans les mains.
Pendant  plus de trois siècles, les Chevaliers du Temple ont été couvert de silence, au début  en les effaçant de la mémoire, ensuite, pour  contrebalancer une autre présence hérétique, celle des Rosicruciens, les Templiers ont été ressuscités. De la moitié du XVIIIe siècle, des bruits sur la fuite des Templiers en Écosse ont commencé à circuler. Le baron Karl von Hund Gotthelf (1722-1776), créateur en 1749 du rite maçonnique de la stricte Observance Templière dit que Molay a cédé le pouvoir - en prison – à Pierre d'Aumont, qui,  réfugié en Écosse, a été élu Grand Maître le 24 Juin 1313 ; avant la mort de Molay, il a placé le siège de l'Ordre à Aberdeen. L’ illogique de cette histoire est qu’il y a  simultanément deux Grands Maîtres des Templiers! Le nouveau maître Pierre Aumont fuit en France déguisé en maçon, et avec dix loyalistes il se réfugia en Ecosse, en adoptant l’habillement des maçons pour passer inaperçu. Il a permis la formation des Templiers et les francs-maçons catholiques. Andrew Sinclair, un fidèle catholique, écrit que les biens écossais des Templiers seraient passés dans les mains des Chevaliers de St John (leurs ennemis), et puisque les Templiers en fuite se sont placés sous la protection des Hospitalières, selon ce raisonnement la richesse est retournée dans les mains des Templiers.

Il est probable que la franc-maçonnerie du "Rite Écossais" avait été promulguée, sinon inventée par Charles Radclyffe qui était le petit-fils illégitime de Charles II Stuart. Cependant en 1725 Radclyffe dit avoir fondé la première loge maçonnique sur le continent, à Paris. En 1737, Ramsay a tenu son célèbre «prière», une longue dissertation sur l'histoire de la franc-maçonnerie. Le comte  écossais Ramsay, jésuite, a été le premier à supposer que les Templiers étaient reliés aux Chevaliers de Malte. La véritable source d'inspiration était Charles Radclyffe, qui a présidé la loge où Ramsay a prononcé son discours: «Nos ancêtres, les croisés, qui sont venus en Terre sainte de toutes les parties de la chrétienté, voulaient s’unir en une confrérie qui inclurait tous les peuples de sorte que, unis ensemble cœur et âme pour une amélioration mutuelle, ils puissent, au fil du temps, représenter un peuple intellectuel unique ». Pour ce motif  les Templiers étaient reliés avec les Chevaliers de Saint-Jean et ceux-ci sont entrés dans le groupe maçonnique connu comme les francs-maçons de Saint-Jean.

Le Rite Écossais Ancien et Accepté, était la déclaration du cerveau de Ramsay Chevalier jésuite. Sur la base de cette légende - créée consciemment sur le volet par Ramsay, sans base historique - sont traités des systèmes entiers de «hauts grades» selon le modèle chevaleresque, en plus des trois premiers mots de la franc-maçonnerie "Azur", qui restent toutefois à la base du système. Il a été emporté par lui en Angleterre en 1736-1738 pour soutenir la cause des Stuart catholiques. Dans sa forme actuelle de trente-trois degrés. Les degrés écossais, ou système de temple, remontent à 1735-1740 et, «selon la tendance catholique, ils ont choisi comme résidence principale le Collège jésuite de Clermont, à Paris: pour ce motif il a été appelé le système Clermont". Un auteur anonyme, soupçonné d'appartenir au chapitre jésuite de Clermont, publie en 1751, à Bruxelles, un travail sur le procès des Templiers. Dans ce volume, dans diverses notes mutilées, des ajouts et des commentaires, il prouve l'innocence des Templiers des «accusations d'hérésie." Les francs-maçons de Paris, admirateurs de l'ordre des Templiers, ont acquis tous les documents du procès publiés par Moldenwaher parce qu'ils prouvaient la culpabilité de l'Ordre».
Un an avant la mort de Ramsay, quatre ans avant la mort de Radclyffe, apparaît Karl Gottlieb von Hund qui prétendait avoir été initié en 1742. Il disait que, au cours de l’initiation, il avait été introduit  à un nouveau système maçonnique qui lui avait été confié par des « supérieurs inconnus » . Ces supérieurs inconnus, soutenait Hund , étaient étroitement liés à la cause jacobite. L'idée d'affiliation entre l'Ordre du Temple et la franc-maçonnerie a été introduite vers 1760 dans les loges allemandes. Le système de la franc-maçonnerie à laquelle Hund a été introduit, une autre extension du "Rite écossais", a été appelé plus tard "Stricte Observance" ... qui descendait directement des Templiers, dont certains avaient survécu à la purge de 1307 à 1314 et avaient perpétué leur ordre en Écosse. Le baron von Hund qui avait déclaré: «Chaque Maçon est un Templier", cependant, a toujours été dénoncé par les historiens comme un charlatan, compte tenu de son «histoire vraie de la franc-maçonnerie" vide de sens, mais en dépit de l'hostilité des experts, ses loges ont eu un succès retentissant. Le credo de von Hund était une extension du Rite écossais, le cerveau caché derrière les deux ordres était C. Radclyffe et la société-mère du Collège Clermont. Si l'ordre de la "Stricte Observance" doit être considéré comme une invention, cela signifie que le Rite Écossais doit suivre le même sort. Le baron Hundt, le chevalier Ramsay, Tschoudy, Zinnendorf, et d'autres qui ont fondé les grades dans ces rites, ont travaillé sous les instructions du collège jésuite de Clermont à Paris.

L'Ancien et militaire Ordre du Temple de Jérusalem avait été, en fait, fondé en 1804 par un médecin nommé Raymond Bernard Fabré-Palaprat, qui en a fait remonter l'autorité à  la soi-disant Charte de Larmenius, un document connu sous le nom «Charte Transmissionis» (Tabula aurea Larmenii) où est donnée une liste de tous les Templiers Maîtres qui succèdent à Jacques de Molay.

Le document créé, apparemment en 1324, par le templier Jean-Marc Larmenius (resté à Chypre pendant la persécution), qui aurait été nommé secrètement par Molay comme successeur (une thèse en net contraste avec l'investiture de D'Aumont décrite ci-dessus) en 1314 et qui, proclamé grand Maître de l'Ordre après la mort de Molay, a réorganisé les Templiers, en les dotant d'un parchemin (précisément la Charte Larmenio, également appelée Charte Trasmissionis), sur lequel ont été écrits les noms des différents Grands maîtres secrets, successeurs de Molay et Larmenius. Ce document est considéré comme un faux, probablement fabriqué à Paris en 1804. Clavel, l'une des principales autorités de la maçonnerie, écrit: «Il est clair que la fondation française des Templiers ne remonte pas à avant 1804, et que cet ordre ne peut prétendre légitimement d’être la continuation de la soi-disant «Petite Résurrection des Templiers" de l'entreprise, qui ne remonte pas, elle non plus, à l'ancien ordre des Chevaliers du Temple".

Toutes les formations des Templiers soi-disant catholiques et maçonniques qui se sont formées depuis le XVIIIe siècle, sont des imitations parasites afin de prendre possession d'une légende. Quant aux Chevaliers Templiers modernes et aux loges maçonniques qui prétendent être les descendants directs des anciens Templiers, ils ne le sont pas, et leur persécution par l'Église est juste une façade. De nombreux théologiens, qui font partie de la maçonnerie du Rite Écossais, appartiennent non seulement au monde du protestantisme, mais aussi à celui de l'Église catholique; dans le livre "Autant en emporte le vent au Vatican" des prêtres anonymes accusent une partie de la hiérarchie romaine d'appartenir à la franc-maçonnerie, ajoutant ,par désir de clarté, celle du Rite Écossais.

[1] Le numéro treize a accompagné la naissance et la fin du Templier.
[2] A. Reghini, La tragédie du Temple.
[3] H. P. Blavatsky Isis Dévoilée, I.
[4] Chrisma, XP ou IS monogramme indiquant Christ.
Sapienza Misterica
Torna ai contenuti