Philosophie Pythagoricienne - Sapienza misterica

Sapienza Misterica
Vai ai contenuti

Menu principale:

Philosophie Pythagoricienne

Pythagorisme

C'est Pythagore qui a inventer le terme philosophie en grec ancien, φιλοσοφία, qui signifie l'amour pour σοφία, Sophia, à savoir «l'amour pour la sagesse»; La sagesse à laquelle faisait allusion à Pythagore est la Sagesse Divine, qui équivaut à "Brahmavidya" de la littérature sanskrite. Les enseignements de Pythagore, comme ceux des autres grands maîtres, n'ont pas été écrits par lui, mais divulgués et transmis oralement. Tout ce que nous savons au sujet de sa vie et de ses enseignements nous est parvenue plus tard grâce à des témoignages, des siècles transcrit au bout de plusieurs siècle. La sagesse pythagoricienne représente l'Antique Sagesse. Chaque grand maître représente la sagesse et jamais il ne se proclamera posseseur de celle-ci. Celui qui connaît la valeur de la sagesse ne la possèdera comme sa propre sagesse, et pas un seul des Maîtres ou Instructeurs ne la revendiquera comme la leur.

Jamblique
écrit dans la Vie Pythagoricienne :

"Les dogmes le plus importants et universels accepté par leur école étaient gardés par les Pythagoriciens par l'observation du silence complet afin qu'ils ne soient pas révélés au exotériques; ces secrets étaient transmis à ceux qui devaient succéder à ceux qui les gardaient sans avoir recours à l'écriture, mais seulement a la mémoire, étant considérés comme les divins mystères. "

Jamblique dit que Thales aurait convaincu Pythagoras d'aller en Egypte. L'aura mythique qui entoure la figure et l'œuvre de Thales, si bien que Diogène Laërce dans ses Vies des Philosophes, l'identifie comme l'un des sept sages, ou mieux, comme le plus sage d'entre eux. Ce professeur doux et modeste, écrit Jamblique, s'excusa pour "sa vieillesse et sa faiblesse" et recommanda à son brillant élève de poursuivre son chemin, en soutenant que sa sagesse provenait des Égyptiens, et que Pythagore était encore plus doué que lui pour bénéficier de leur enseignement.
 
Une statue d'Harpocrate, qui représentait un jeune homme avec l'index droit sur ses lèvres recommandant le silence, a été placé sur la porte des temples égyptiens, pour avertir les hommes que la connaissance imparfaite qu'ils avaient du divin ne leur permettait pas de s'exprimer sur le sujet. Les Romains avaient une déesse du silence auquel ils avaient donné le nom de Muta et Tacita.
Les historiens de la philosophie prétendent d'attribuer à pythagorisme théories naïves, absurdes en fonction d'interprétations extravagantes et insoutenables, dont les exagérations captieuses déroutent les chercheurs sérieux. À travers les œuvres d'Aristote, nous sont arrivés des contenu philosophiques très profonds ainsi que des traces d'une sagesse ancienne, dont le contenu est souvent mélangé à d'autres, beaucoup moins important, voir même contre-productif, fruit des des personnalismes d'Aristote et ses excès polémiques, à la fois contre les pythagoriciens en faisant allusion aux différences entre les pythagoriciens-même, que envers l'Académie de Platon.
Le premier des textes d'enseignement pythagoriciens sont dus à Filolao son disciple direct, qui a écrit, seulement la partie non reliée aux Mystères. Aulu-Gelle nous informe que Platon a acheté de Philolaus trois textes concernant l'pas proprement à l'école. Timée, à qui Platon a consacré un de ses livres, était un historien du pythagorisme, qui a fortement influencé la pensée de Platon.
 
Jamblique, en Théologie Arithmétique, écrit que:

"Il y a quatre entrées de la sagesse, Arithmétique, Musique, Géométrie, Spherical, dans l'ordre 1, 2, 3, 4."


«Quand ces choses, donc, sont au repos, elles donnent naissance aux mathématiques et à la géométrie, quand elles sont en mouvement à l'harmonica et à l'astronomie."
(Clinia de Taranto disciple de Pythagore)

Apollonius de Tyane, qui a vécu au Ier siècle après Jésus-Chist, grand philosophe Neopitagorico en écrivant à l'Euphrate, dit:

Si tu rencontrais un philosophe pythagoricien, je dirai quoi et combien yu aobtiendrais: la science des lois, la géométrie, l'astronomie, l'arithmétique, l'harmonica, la musique, la médecine, tout l'art divin de divination, tout les belles choses la sublimité de l'âme, la gravité, la magnificence, la constance, l'esprit religieux, la connaissance par l'opinion concernant les dieux, la connaissance des démons, et non une compréhension approximative, l'amour des dieux (dieux et démons),
la tranquillité de l'âme,  la ténacitée, la simplicité, la modération des biens nécessaires pour entendre et à faire, la facilité de la respiration, un bon teint, la santé, le bonheur et l'immortalité.
 
Torna ai contenuti | Torna al menu